Accueil > Travaux > Saisines en cours > Améliorer le parcours de soin en psychiatrie
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo
Date de la saisine 03/11/2020
Date du vote 24/03/2021
59%
Les maladies psychiatriques touchent 12 millions de Français et de Françaises. En 2018, 2,1 millions de personnes ont été prises en charge en ambulatoire pour des troubles psychiatriques et 425 000 ont été hospitalisées. Aucune autre pathologie ne présente un taux de prise en charge aussi faible. La pédopsychiatrie, la psychiatrie de la personne âgée sont insuffisamment développées alors que les besoins croissent rapidement. L’allongement des délais d’accès au diagnostic puis aux soins contribue à l’aggravation des troubles.
L'accès aux soins est singulièrement plus difficile pour pour les personnes en situation de grande précarité économique ou sociale. 
 
La prise en charge des troubles psychiatriques est organisée de façon spécifique, autour de deux principes : un maillage du territoire (la « sectorisation ») et l’obligation de soin. Elle associe les établissements hospitaliers spécialisés et différentes structures, avec ou sans hébergement. Elle fait aussi intervenir l’hôpital, la médecine générale et la psychiatrie libérale. Enfin, les établissements, services et associations du secteur social et médico-social jouent également un rôle important dans l’hébergement et l’accompagnement non seulement des malades mais également des familles et des proches. La situation des familles et des entourages aidants qui doivent accompagner et aider, fera également partie des réflexions du CESE.
 
En pratique, la réduction voulue du nombre de lits a impliqué un transfert vers l'activité ambulatoire avec dans l’ensemble un manque de moyens criant. Parallèlement, le nombre de psychiatres, très majoritairement salariés, diminue constamment.
Alors que les patients sont jeunes (en ambulatoire, près d’un sur quatre a 16 ans ou moins), la situation est plus particulièrement préoccupante pour la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. Depuis 2001, trois plans nationaux sur la santé mentale se sont succédés sans parvenir à inverser les grandes tendances à l’œuvre.
 
Le CESE s’interrogera, avec l'objectif de continuité de la prise en charge au coeur de ses réflexions, sur :
  • les conditions d’une amélioration de l’accès au diagnostic et aux soins ;
  • les conséquences, positives ou négatives, des spécificités de l’organisation de la psychiatrie ;
  • la question des ressources humaines ;
  • le rôle des différents acteurs du soin.