Accueil > Toute l'actualité > Actualités > La transition écologique, le MAROC aussi !
La transition écologique, le MAROC aussi !
Éclairages

La transition écologique, le MAROC aussi !

 

L’économie verte a été au centre des travaux du CES du MAROC en 2012.

Au terme de l’étude de l’expérience de quatre pays ayant mis en place des stratégies de transition vers l’économie verte, le Conseil identifie les quatre principaux facteurs ayant accéléré cette transition : 

  • En premier lieu apparait la volonté d’atténuer la dégradation environnementale et les émissions de gaz à effet de serre.
  • La crise économique et l’utilisation des investissements verts comme moyen de relance de l’économie à travers le développement des nouvelles activités industrielles vertes et des énergies alternatives est le second moteur du changement.
  • La crise énergétique et la hausse des prix des énergies fossiles importées dont les gisements sont limités dans le temps est le troisième facteur.
  • Vient ensuite la conviction profonde de la nécessité de mettre en place un nouveau modèle de développement basé sur le changement du comportement du citoyen, du consommateur et du marché.

La société civile est interpellée comme relais de sensibilisation, de communication et de responsabilisation du citoyen. Elle est également appelée à s’engager pour l’adoption des stratégies en matière d’énergie renouvelable, visant à renforcer le développement des filières d’enseignement et de recherche ainsi que d’application industrielle.

Le développement humain est recherché via des activités socioéconomiques en milieux urbain et rural, encourageant l’implantation décentralisée, sur l’ensemble du territoire, d’installations d’énergies renouvelables de petites et moyennes puissances de type éolien, solaire, photovoltaïque pour l’usage domestique (individuel et collectif) et industriel ainsi que les centrales de valorisation des déchets (biomasse).

Ces filières de l’éolien, du photovoltaïque, du solaire thermique à concentration (CSP), et de la biomasse doivent être intégrés dans la politique industrielle. La logique d’intégration industrielle prônée sera amenée à se traduire par davantage d’implantations d’industriels étrangers, seuls ou dans le cadre de jointventures.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo

Archives