Accueil > Toute l'actualité > Actualités > Le CESE se mobilise sur l'autisme, grande cause nationale 2012
Le CESE se mobilise sur l'autisme, grande cause nationale 2012
Vie de l'assemblée

Le CESE se mobilise sur l'autisme, grande cause nationale 2012

Un avis sur l'autisme sera rendu public au deuxième semestre 2012.

 

A l'occasion des premières rencontres parlementaires sur l'autisme, le CESE rapelle son implication sur le sujet, grande cause nationale 2012. Un avis sur l'autisme, suite à une saisine parlementaire datée du 12 octobre 2011, sera rendu public par le CESE au deuxième semestre 2012.

Le 12 octobre 2011, le Président de l'Assemblée Nationale, Monsieur Bernard Accoyer, a saisi le Conseil économique social et environnemental sur le sujet de l'autisme.
Christel Prado, Présidente de l'UNAPEI et membre du groupe des Associations et de la section des affaires sociales et de la santé, est la rapporteure de cet avis qui sera rendu public au deuxième semestre 2012.
Cette saisine parlementaire - la première depuis le renouvellement du CESE en novembre 2010 - fait suite à la pétition citoyenne lancée par le Collectif Autisme en avril dernier. Cette pétition souhaitait que le CESE puisse « évaluer la situation économique » de la prise en charge de cette maladie jugée « désastreuse ».
La pétition a été portée auprès du président de l'Assemblée Nationale par le groupe d'études parlementaire sur l'autisme, présidé par le député du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle, afin que le CESE puisse s'emparer de cette problématique majeure sans attendre que le seuil des 500 000 signatures nécessaires à la recevabilité de la pétition citoyenne soit atteint. Bernard Accoyer a saisi officiellement le CESE sur le sujet le 12 octobre dernier.
Depuis, Christel Prado, Présidente de l'UNAPEI, membre du groupe des Associations et de la section des affaires sociales et de la santé, a été désignée comme rapporteure de l'avis. Les travaux de la section sont en cours. « Le CESE a pour vocation de s'emparer des problématiques qui concernent directement les citoyens français, ajoute Christel Prado, rapporteure de cet avis. Avec près de 600 000 personnes en France concernées par cette maladie, l'autisme nécessite et justifie une réflexion et une analyse sereine, loin des urgences politiques et des préjugés dont elle souffre. Les conseillers du CESE vont donc étudier le coût économique et social de sa prise en charge, mais aussi de sa non prise en charge, pour notre société. »
La publication de cet avis est attendue pour le deuxième semestre 2012.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo

Commentaires

pétition autisme

bonsoir,
mon second fils agé de 31 mois vient d´etre diagnostiqué autiste par le CAMPS d´avignon le 12/06/12 Suite à mon inquiétude d´absence de language et à ces cris,j´ai pris contact par le biais de la pmi en décembre mais n´est obtenu qu´un Rendez-vous en juin. Je tombe de haut car je ne m´attendais pas à ce diagnostique. Moi meme étant atteint d´une maladie chronique aussi assez mal/méconnue et lourde la fibromyalgie depuis maintenant 20 ans je suis très désemparée mais souhaite tout mettre en oeuvre et me battre pour que sa maladie soit prise en charge rapidement. Merci de m´éclairer à ce sujet. Si vous avez besoin d´une signature pour la pétition je suis bien sur pour apporter ma signature. Salutations.

le coût de lap rise en charge de l'autisme ???

Est il nécessaire de se poser la question ? Venez rencontrer les familles anonymes (dont on ne parle pas dans les médias). Venez vivre leur quotidien, la cessation d'activité professionnelle pour l'un des parents, le combat pour quelques heures d'AVS et de scolarisation, le combat encore lorsqu'il faut trouver une place en structure adaptée, la lutte incessante face à la MDPH pour obtenir (on a l'impression de quémander de mendier !) le complément à l'AEEH et la carte d'invalidité alors que les prises en charge lorsque l'on a la chance d'en trouver des correctes sont à notre charge (psychomotricité, psychologue). Venez enfin constater l'état de fatigue, l'état dans lequel sont plongé les familles concernées plus de vie sociale, à peine une vie familiale limitée au cercle très proche, la fratrie que l'on ne peut abandonner au prétexte que l'un des enfants est handicapé. Alors oui l'autisme a un coût mais à ce jour si peu assuré par la collectivité... Mais en réfléchissant un peu plus loin quel sera ce coût lorsque les familles auront craqué ? Alors qu'un peu d'aide que le petit coup de pouce organisé (sructures adaptées, prises en charge reconnues et aidées, scolarisation plus aisée pour certains..) apporteraient tant de possibilité d'évolution d'autonomie qui à terme seraient gage de moins de diffciultés donc de frais.

Autisme

Ayant un petite garçon autiste de 4 ans, je clâme en vain devant la MDPH qu'une aide au financement de la prise en charge précoce coûterait bien moins à la société qu'une prise en charge ultérieure en établissement à vie...

autisme

Quand les familles ont du cesser de travailler car durant des années elles n'ont eu ni prise en charge ni diagnostic pour leur enfant, elles souffrent de difficultés financières chroniques par la suite avec tout ce que cela implique pour la vie de la famille, et elles ne peuvent même plus disposer des moyens de survivre en finançant une prise en charge adaptée comme on peut en avoir dans le privé!
Alors que durant cs années sans diagnostic, l'enfant a coûté une fortune en taxis et cattp qui ne lui ont apporté AUCUN développement !
De plus quand les parents à force de dettes et de travail arrivent à faire baisser le taux de handicap de leurs enfants, on leur baisse les prestations de compensation alors que faire progresser un enfant coûte très cher pendant longtemps mais l'enjeu vaut la chandelle !
L'ocytocyne hormone anti-autisme, est provoquée par le plaisir, comme celui d'un bon rtepas, d'un massage, d'un beau spectacle, il serait plus productif de financer des repas au restaurant pour les familles , ou des places de concert, que des rdv à l'hopital bien souvent.
un médecin de quartier est suffisant pour prescrire des séances d'orthophonie ou de kiné !